sushis

Origine des sushis

Il n’y a pas de mauvaise façon de manger des sushis

Que vous les aimiez crus, style sashimi, frits, en maki ou hachés dans un bol façon poke, manger du poisson cru n’est plus mal vu dans nos contrées – et à peu près tout le monde a essayé les sushis à un moment dans sa vie.
Que vous les accompagniez d’un verre de saké, d’un cocktail, d’un verre de vin ou de toute autre boisson, les sushis offrent une expérience culinaire unique et savoureuse qui ne ressemble à rien d’autre dans la cuisine asiatique. Le poisson froid et ferme combiné avec du riz parfaitement assaisonné, de la sauce et d’autres ingrédients créée vraiment une saveur unique et délicieuse.


Les sushis sont rapidement devenus l’un des plats internationaux et les plus populaires au monde au cours du siècle dernier et où que l’on soit, il est facile de trouver un restaurant à sushis, j’ai une fois mangé des sushis à San Martin De Los andes, une ville au fin fond des andes en Argentine. (ne jugez pas svp, j’en avais vraiment envie)

Mais comment ce plat délicieux a-t-il conquis le monde ? L’idée de manger du poisson cru a-t-elle toujours été acceptée par la population ? (spoiler : non) Qui est responsable de l’immense popularité des sushis ?


Obtenez les réponses à toutes ces questions (et plus encore) en lisant cet article. Je vous donnerai d’abord un bref historique des sushis dans le monde et expliquerai pourquoi ils sont si populaires aujourd’hui.

Origines des sushis

Le sushi puise ses origines il y a des millénaires, dans les rizières d’Asie. En Chine, pour être précis. Cela pourrait vous surprendre, car la plupart des gens supposent que les sushis ont d’abord été créés au Japon. Cependant, ce n’est pas le cas.

Alors que le Japon est sans aucun doute la capitale mondiale du sushi – et il est responsable de sa conquête du monde – le sushi puise ses origines dans un plat chinois appelé narezushi.
Ce plat était composé de riz fermenté et de poisson salé (du coup arrêtez de juger ceux qui mettent du saumon fumé dedans). La première origine connue du plat remonte au IIe siècle av. J.-C. – il précède donc les réfrigérateurs de près de 2 000 ans.


Pour cette raison, le narezushi était en fait un plat très pratique : Le riz était fermenté pour le conserver, et le poisson était également fortement salé pour empêcher la croissance de bactéries et micro-organismes – le gardant donc “frais” plus longtemps, même lorsqu’il était stocké sans aucun type de réfrigération. Petite anecdote, le riz était généralement jeté en mangeant le poisson. On ne l’utilisait que pour emballer et conserver le poisson.
Le plat s’est ensuite répandu de la Chine au Japon au VIIIe siècle. La première référence au “sushi” est apparue dans le code Yoro, écrit en l’an 718.

Au cours des siècles suivants, le plat a lentement commencé à changer. Les Japonais ont commencé à manger trois repas par jour, à faire bouillir leur riz et à utiliser du vinaigre de riz pour aider à faire fermenter le riz plus rapidement. L’odeur du poisson en conserve était très forte mais un processus de fermentation plus rapide a permis de réduire le temps nécessaire pour créer le plat de sushi japonais.


Au milieu du XVIIIe siècle, les sushis se sont répandus à Edo, où trois célèbres restaurants à sushis – Matsunozushi, Kenukizushi et Yoheizushi ont été ouverts. Des milliers d’autres ont suivi à la fin du XVIIIe siècle. Un écrivain en 1852 a dit que pour chaque 100m carré à edo, on trouvait 1 à 2 restaurants à sushis !
Ceci-dit, ce sushi n’était pas tout à fait le même que le sushi que nous connaissons aujourd’hui. Il était souvent cuit – en raison d’un manque de réfrigération – et servi en plus gros morceaux (au final, je me rapproche pas mal de la version originale vu comment je les fais épais hahaha).

Si on veut retracer l’histoire du sushi telle que nous le connaissons aujourd’hui, on doit se pencher sur un chef du nom de Hanaya Yohei qui a changé le monde du sushi pour toujours.


En effet, il a découvert qu’au lieu de simplement jeter le riz, il pouvait être mélangé avec un peu de vinaigre et on pouvait placer un petit morceau de poisson au-dessus. Ce qui en donnait un petit amuse-bouche très savoureux, de la taille d’une bouchée, délicieux, portable et à un prix abordable pour les masses. Ainsi, le nigiri est né – et l’histoire du sushi tel que nous le connaissons en Occident a commencé au Japon. Peu de temps après, ce plat allait commencer à se répandre dans le monde entier pour notre plus grand plaisir.

Les sushis dans la culture occidentale

Le sushi fut introduit en Occident au début des années 1900 à la suite de l’immigration japonaise aux États-Unis après la restauration Meiji. Cependant, mise à part dans les classes plus aisées, il n’était vraiment pas populaire. En plus, comme l’immigration japonaise a diminué à la fin des années 1900, il est devenu beaucoup plus rare dans les restaurants japonais.


Les sushis ont recommencé à devenir plus communs aux US quelques années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le Japon est redevenu ouvert au commerce international, au tourisme et aux affaires. Dans les années 1960, cette tendance a commencé à sérieusement s’installer en Amérique, et les Américains de la classe moyenne ont commencé à essayer des sushis aussi… et à les aimer. Beaucoup.


Comme pour tous les plats, il y a beaucoup de débats autour de qui a introduit les sushis dans les restaurants occidentaux, et il n’est vraiment pas possible de déterminer la réponse à coup sûr…
Ceci-dit, le restaurant Kawafuku de Los Angeles est souvent crédité dans de nombreuses sources car il a été l’un des premiers restaurants à proposer des sushis, donc voilà. Le concept de manger du poisson cru a mis du temps à se répandre et à être accepté car c’était vraiment contraire à nos valeurs culinaires habituelles… Malgré ça, à la fin des années 60, les sushis étaient devenus à la mode pour de bon et des restaurants à sushis s’ouvraient dans tout le pays.

L’effet california roll

california roll

Pour aider les Américains (prudes que nous sommes) à s’habituer à l’idée de manger des sushis, de nombreux restaurants ont commencé à expérimenter de nouvelles combinaisons de goûts et des rouleaux de sushi. L’un des rouleaux qui est devenu le plus populaire parmi les Américains était le California Roll désormais omniprésent, qui est un rouleau “makizushi” à l’envers avec du concombre, de la chair de crabe (ou plus souvent de l’imitation, appelée “surimi”) et de l’avocat avec du riz blanc.


Cette combinaison de saveurs a immédiatement séduit les consommateurs. En plus, parce que la chair de crabe était cuite dans le rouleau, les gens n’avaient pas à être réticents à manger du poisson cru. Une fois habitués à l’idée, ils ont pu diversifier dans plus plats traditionnels de sashimi et de nigiri. D’ailleurs, en école de commerce le concept est enseigné sous le nom “l’effet california roll”.

Petit mot de la fin

Et dooonc juste comme ça, les restaurants de sushis sont devenus un phénomène national, puis international/mondial peu de temps après en Europe. Petit tips: regarder ce qui se fait actuellement aux USA et je vous garantis que dans les 5 prochaines années ça arrivera en Europe, ce fut pareil pour les sushis et ce sera pareil (j’espère) pour le KFC goût fromage.

J’espère que vous avez apprécié ce “petit” article informatif sur les sushis. Je précise petit car j’aurai pu développer sur leur introduction en Europe ou encore développer par sorte, mais j’ai préféré me limiter à “les sushis tels que nous les connaissons”. Rendez-vous ici pour acheter du riz à sushis

Un proche cousin du sushi est le temaki, apprenez-tout sur lui ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.